Toujours de belles rimes dans nos titre il faut dire que nous avons eut un peut le temps de méditer dernièrement (tout en poussant notre chère monture). Grosso modo, nous avons eut assez de vent de face pour boucler deux vende globe et une ou deux transat en plus. Donc histoire de gagner en lisibilité nous omettrons délibérément de mentionner ce fait dans la suite du billet du jour (ça nous évitera aussi quelques savoureux gros mots…).

Alors après une journée bonus de repos a Uyuni pour cause de grippe pour Aurelie malgré notre régime doudoune et collans Merinos, nous nous sommes finalement élancés en direction du Salar dans la joie et la poussière afin de pouvoir enfin fouler le sel immaculé.

Dans un premier temps, notre assaut en direction de l’île d’Inca Huasi fut grandement facilité par les marques laissées par les 4×4 sur l’immensité blanche. En effet, les boliviens ont du prendre des cours chez les Vietnamiens de la baie d’Along et tous les 4×4 partent a peu près en même temps en prenant a peu près le même chemin. Du coup un peu comme le petit poucet il nous a suffit de suivre les traces de pneu dans le sel pour gagner la fameuse île qui est apparue au km 40 mais qui n’arriva qu’au km 72 ( forcement quand tout autour est plat, impossible de mettre quoi que ce soit en perspective et tout semble a cote de vous).

Nous avons alors pu passer la nuit dans du dur sur l’île (privilège réservé exclusivement aux voyageurs a vélo !) et profiter du coucher de soleil sur le salar alors que les 4×4 rentraient gentillement an port. Et nous avons également eut le loisir de se balader le lendemain matin sur l’île avec pour seuls compagnons les cactus et le vent (je sais j’avais promis de pas en parler, désole ça m’a échappé.).

Le lendemain nous avons rejoint la terre ferme plus au nord a Jirira non sans la traditionnelle cession photo sur le salar et ses fameuses mises en perspective.

Bon c’est bien jolie tout ça mais c’est quand que on galère dans toute cette histoire ? Patience nous y voila Donc le lendemain, nos réserves de nourriture étant épuisées (il nous est matériellement difficile de transporter plus de 3 jours de vivres dans nos sacoches déjà bien remplies), nous nous sommes mis en route en direction de Salinas de Garci Mendoza a 40 km ou nous comptions (notez le « comptions ») faire une pause pic nique avant de continuer. Et  la route longeant le salar étant bien sablonneuse, nous avons opté pour la solution Salar (sans la moindre trace de pneu cette fois, la partie nord du Salar ne faisant pas partie des tours organisés). Et c’est la que tout a basculé. En effet la partie nord du salar est plus humide et du coup au bout de deux heures alors que nous étions bien a 15 km de la berge, Razmot a eut la brillante idée de se transformer en brise croûte de sel. Et oui 180Kg sur deux pneus ça fait beaucoup pour une fine couche de sel couvrant de la terre humide. Du coup plus moyen de rouler et nous nous sommes donc mis a pousser…à 5km/h on vous laisse deviner le temps qu’il nous a fallu pour rejoindre la berge et sa délicieuse piste pleine de sable …

Bref une matinée qui s’est finalement achevé a Salinas de Garci Mendoza a 16h30 complètement lessivés et affamés!

Du coup, vu notre état, celui de la route et du vent, nous avons finalement opte pour la solution bus et avons gagné le lendemain Oruro (et vu les pistes que nous avons traversée nous n’avons pas du tout regretté notre choix.)

Cap désormais sur la Paz pour quelques jours de pause avant d’attaquer la suite de nos aventure andines !

 

A bientôt

 

Aurelie et Jean

 

Ps: dernières photos d’Argentine disponibles, la Bolivie bientôt !

4 Responses to La Bolivie c’est pas toujours easy mais c’est super joli !

  1. Chloé & Xavier dit :

    Salut !!!

    Dur dur de se mettre en sel ! Bon vent euh…. Courage les razmotteurs !!!

  2. Chloé & Xavier dit :

    Salut ! Dur dur de se mettre en sel ! Courage les razmotteurs et bon vent euh…

  3. mam dit :

    eh bien decidement pas cool la route du sel!!!!……. j’imagine que vous n’avez pas eu envie d’en mettre dans vos poches pour vos prochains essais culinaires…… vous etes plus que des vrais courageux… Aurélie j ‘espere que le sel a eu raison de la grippe….. et que la suite sera moins éprouvante pour vous……. tout plein de courage, nous pensons bien à vous… mille bises.Bernard et mam

  4. Cyrille dit :

    Wouaw!!!!! Quel courage tout de même! J’espère que tu vas bien te rétablir car une grippe ça fatigue pas mal. Bonne route à vous trois!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *