Beaucoup de chose au menu aujourd’hui après cette longue période de silence (plus de 10 jours, un record !), alors c’est partit pour les news. Au menu du jour donc: du gris, du made in China, de la circulation, un peu de stress, du cuir, et beaucoup de gentillesse

Nous vous laissions donc il y a 10 jours avec un moyeu arrière en vrac et l’impression que voyager en chine c’est du gâteau. Fort heureusement les choses ont bien évoluées depuis.

Nous avons donc gagne Guangzhou apres 6 jours de vélo dans, il faut le reconnaître, des paysages un peu triste et un temps bien bien gris et humide (l’expression « temps Breton » ayant été bannie suite a une réclamation d’une partie de notre lectorat nourris a la crêpe au fromage quand il était petit). Un peu plus de 550 km dans les usines du monde sous le crachin et en compagnie des camions portes containers, c’est pas ce que l’on a fait de plus beau depuis le départ. D’autant que la route s’est fait quasi exclusivement sur des deux fois 3 voies avec un moyeu qui chaque jours était de plus en plus mal en point.

Mais les chinois se sont charges de mettre un peu de piquant dans ces jours mornes. En effet, nous avons découvert que tous les hôtels ne bénéficiaient pas de la possibilité d’accueillir des étrangers et avons ainsi essuyé jusqu’à 8 refus avant de trouver un toit pour la nuit. Fort heureusement, de charmants guides accompagnateurs traducteurs tout de bleu vêtus étaient la pour nous aiguiller dans nos choix et nous aider dans les démarches. Rien de bien méchant, juste du contrôle de routine comme on dis.

L’entrée dans Guangzhou a elle aussi été un peu épicée, d’une part par la taille de la ville en elle même (nous ferons près de 120km entre le début de l’agglomération et notre lieu de couchage), mais également par la densité du trafic routier, les échangeurs a 4 étages et 6 voies faisant passer la place de l’étoilé pour un simple manège a poney a la retraite. Alors forcement quand la flasque de notre rohloff décide de libérer un deuxième rayon sous la pluie au beau milieux du trafic  ça fait quelques émotions (Aurelie passant alors la barre des 120db haut la main).  Mais tout est bien qui fini bien et razmot nous amènera finalement a bon port ( on a quand même du retailler notre magnifique pneu chinois au couteau pour que la roue puisse encore tourner entre les haubans mais lui aussi tiendra bon).

Ne restait plus alors qu’a amener le malade a l’hôpital avant qu’il ne soit vraiment trop tard en espérant que la rigueur germanique soit fidèle a sa réputation. Les échanges avec le fabriquant allemand du moyeux furent tout de même un peu muscles : »Ach mais c’est impossibleu Herr Sanyas, la qualitaite de notre produit est infaillibleuh. C’est parce que fou n’afez pas mesure la tension des rayons afec un tensiometre,  c’est une erreur impardonableuh ! ». Il a donc fallu préciser a Herman que:

  • nous entretenions Razmot avec soins
  • que même si Aurelie partageait quelques attributs avec ses voisines allemandes, elle n’avait malheureusement pas hérité de leurs capacités a l’épaulé jeté
  • que même si sa merveille de technologie germanique elle a 14 vitesse, c’est quand même nos petits mollets qui sont au bout et qu’il nous était donc malheureusement impossible de prendre un desserte facom complète

Mais encore une fois tout est bien qui fini bien et les pièces de rechanges nous avaient précédé. Ils valent une petite fortune leurs moyeux mais le SAV est quand même a la hauteur. Tout cela fut cependant bien peu en comparaison de la gentillesse, de la disponibilité et du savoir faire des personnes du magasins de vélo en charge de la réparation. Car outre la remise a neuf de la roue arrière , Razmot a eut droit a 2 jours de soins intensifs. Nous avons notamment pu grâce a leur aide, solutionner notre problème de fourche, nous évitant ainsi un petit A/R de cette dernière avec la France lors de notre séjour au Nepal! Mais non content de sauver Razmot, Summer et son équipe nous ont également invite a manger le midi, nous ont amene dans d’autre magasin pour achetter des pièces détachés, nous ont raccompagne le soir chez notre hôte  le soir venu et nous ont même propose de nous loger ! Si avec ca le client n’est pas roi mandarin …

Le vélo de nouveau prêt a reprendre la route, nous avons alors quitte Guangzhou pour nos derniers tours de roue en Asie. Direction Hong Kong via Shenzen bay, toujours au milieux des usines du monde et des containers.  Le temps de prendre un bus pour passer le pont et un ferry et c’est sous le crachin que nous toucherons au but, 3 mois et 5000km après avoir atteris Bangkok. Pas de comité d’accueil a notre arrive, « juste » une personne qui ne nous connaissait pas mais qui, ne revenant que vendredi, nous avais laisse les clefs de chez elle sous le paillasson …

Il est désormais temps pour nous de ralentir l’allure et de changer le guidon pour les bâtons. Nous nous envolerons donc dimanche pour Kathmandou, sans Razmot qui se remet doucement de ses émotions et prend un peu de repos histoire d’etre en pleine forme pour de nouvelles aventures.

A bientot

 

Aurelie et Jean

 

Ps:

et le cuir dans tout cela me direz vous ? Non ni YMCA ni moustache, Jean a juste craque et préférant mettre de la crème sur le siège plutôt que sur le séant a change de selle. Exit donc la belle italienne ténébreuse et bonjour la belle et blonde selle en cuir. Bon pour le moment elle est aussi confortable et souple qu’une bûche de chêne en plein hivers mais bon c’est made in france alors… (et que l’on ne la confonde pas avec une anglaise, c’est du 100% made in vache normande monsieur)

5 Responses to L’Asie, c’est comme capri …

  1. Annie dit :

    Merci pour toutes ces nouvelles. Et bon, je ne résiste pas, je vous envoie un peu de notre beau soleil de Toulouse où il fait presque 20°.
    Bises.

  2. Brigitte et Philippe dit :

    Bonjour nos chers jeunes mariés ! Et oui c’est l’anniversaire de vos 6 mois de mariage et 5 mois de voyage ! Et nous pensons encore plus fort à vous deux, à tout ce que vous découvrez et vivez tout autour du monde. C’est beau, et que nous aimons lire le récit de vos aventures et regarder vos photos qui sont superbes ! Bon repos avant d’attaquer l’Himalaya. Nous vous embrassons très très fort.

  3. mam dit :

    avant tout un tres bon anniversaire…. contente de savoir razmot en meilleure forme, si j’ai bien compris il a frolé la dechetterie….la legendaire deutsche qualität aurait elle pris du plomb dans l’aile????…… tout est bien qui fiit bien … et vous voila pret à affronter la montagne…. avec prudence bien sur… si le soleil ne vous a guere accompagné depuis le vietnam ici le printemps est bien en avance et nous profitons bien, nous vous en envoyons une grande brouette pour les semaines à venir…; tout plein de courage pour pousser sur les batons…. et nous ramener de super photos des sommets… nous pensons tres tres fort à vous deux….Marie et Bernard

  4. Alex dit :

    Content de voir que même si le monde regorge d’abrutis, certains sont toujours là pour aider. Ravi de voir que mon ptit Razmot a repris des couleurs. Je te le dis, la prochaine fois on les soude nous-mêmes ces pièces 😉 ! Je ne me lasse vraiment pas de vous lire, et vos aventures me permettent de m’échapper temporairement de ma routine de chasseur de job :).
    Je vois que vous gardez le moral même si certains épisodes vous ont fait serrer les fesses, c’est cool ! Vivement le prochain article ;).

    Gros bisous à tous les deux.

    Alex.

  5. Xav & Chloé dit :

    Hello,

    Merci de nous décrire vos aventures avec tant de soin (c’est tellement bien écrit) ! J’espère que Razmot 2.0 en aura sous la roue. Ici tout prête à croire que le printemps souhaite s’imposer plus tôt que prévu. Et dire qu’on se ne se reverra qu’à l’automne prochain. Profitez bien de votre périple les amis. La bise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *