Le camino de la muerte a été descendu avec succès sans dérapage non contrôlé dans le fossé, mais heureusement que razmot était resté au garage car ça secoue pas mal! Le Huana potosi c’est dans la poche aussi et au final les préparatifs ont été presque plus rudes que l’ascension entre le loueur de matériel fermé la veille du départ et un gardien de refuge qui nous pose un lapin! Heureusement il en fallait plus pour décourager 4 insaiens sur motivés pour ne pas passer une nuit à la belle à 5100m! Quelques coups de tournevis, un peu d’acrobaties et hop nous voilà rentrés par la fenêtre pour passer la nuit au chaud! Et oui vous avez bien lu 4 insaiens car les deux français qui nous accompagnaient se sont révélés être de l’insa de Lyon! Le monde est petit!
Le programme étant bouclé il nous a bien fallu repartir de notre casa douillette et si chaleureuse. Nous avons donc repris la route mercredi direction les bords du lac titicaca qui sert de frontière entre la Bolivie et le Pérou.
Aujourd’hui nous avons passé la journée au soleil à la isla del sol, pas de voiture, plus de lama, le paysage change radicalement avec ce que nous avons eut dernièrement (des cailloux principalement), un peu plus et on se serait cru sur la côte méditerranéenne!
Demain nous passons au Pérou dernier pays où nous allons pédaler en Amérique du Sud. Direction Puno, Juliaca, Cusco avec au programme encore des casa de cyclista et des warmshowers…
A bientôt

6 Responses to Copacabana c’est pas le Pérou, mais presque

  1. Annie dit :

    Votre dernier message me donne l’impression que vous êtes en vacances, la galère serait-elle finie ? Je m’en réjouis pour vous, vous les avez bien mérités vos quelques moments de détente les doigts de pieds en éventail sur la plage ! Et en plus près de Copacabana, on ne se refuse rien !
    J’ai fait des recherches sur Copacabana en Bolivie et Copacabana au Brésil, je vous en fais part :
    Sur la berge sud du lac Titicaca, une petite bourgade a été fondée par les Incas pour accueillir les pèlerins qui accourent en nombre pour se rendre sur l’île du soleil, à quelques encablures de là.
    Sur l’étymologie du lieu, les sources divergent, voilà les deux hypothèses les plus répandues (qui sont aussi les plus crédibles).
    Pour les uns, le village se nommerait Kota Kahuana, ce qui en aymara signifie « vue sur le lac ».
    Pour les autres, la bourgade s’appellerait Kotakawana, du nom de la déesse de la fécondité, équivalente à l’Aphrodite grecque ou à la Vénus romaine.
    Cette divinité androgyne représentée avec un corps humain et une queue de poisson vivrait dans les eaux du lac Titicaca, accompagnée d’une cohorte de sirènes, les Umaantus.
    Kota Kahuana, Kotakawana … le nom est latinisé, la bourgade se nommera désormais Copacabana.
    L’évangélisation des autochtones va bon train. Sous l’impulsion des Dominicains, en charge de la paroisse, le culte de la Vierge se popularise.

    A près de 3.000 kilomètres de là, les Portugais consolident leur emprise sur le Brésil. Dès le mois de janvier 1502, ils ont découvert la baie de Guanabara qu’ils confondent avec l’embouchure d’un fleuve. Tout naturellement, ils nomment l’endroit Rio de Janeiro, « fleuve de janvier ».
    La ville se développe autour du port, abrité dans la baie.
    A un jet de pierre, l’océan Atlantique baigne une succession de longues plages de sable blanc.C’est l’une de ces plages qui deviendra Copacabana. Comment ? Là aussi il existe plusieurs hypothèses.
    La plus romanesque remonte à 1754. Alors qu’il est en perdition au large des côtes brésiliennes, un moine de Copacabana aurait fait la promesse, s’il survivait, de donner à l’endroit où il s’échouerait le nom de celui où il résidait.
    Moins imagée, une autre version attribue le changement de nom à la construction sur cette plage d’une chapelle dédiée à la Vierge de Copacabana par des marchands d’or boliviens et péruviens. Avec le temps, on ne désigna plus la plage et son quartier que par ce nom.

    On retrouve ailleurs le nom de Copacabana : c’est celui d’un village de Colombie, et d’une localité en Australie.

    Maintenant en selle ! il vous reste trois Copacabana à visiter lors de vos prochains voyages.

    Bonne route et gros bisous.
    Annie

  2. Les Hambourgeois du Sud dit :

    Ca fait sourire jusqu’aux oreilles de lire vos messages qui transpirent la joie de vivre en savourant chacune de vos étapes. Merci de nous faire découvrir bien vite le Pérou en moulinant sec et gros bisous de nos chères petite têtes blondes qui n’ont plus long à attendre les grandes vacances…houpie! Asta la proxima.

  3. Brigitte et Philippe dit :

    Coucou nos chers cyclo-alpinisto-voyageurs,
    Bien contents de vous savoir revenus du camino de la muerte et redescendus du Huana Potosi ! Et contents aussi de savoir qu’il va y avoir encore sur votre route d’autres casa de cyclista et des warmshower ! C’est tout de même plus convivial qu’un village fantôme venté et peuplé de crottes de lamas !
    Très chouette votre rencontre avec les 2 insaiens de Lyon, cela a du être bon de parler du pays !
    Encore aujourd’hui nous avons parler de vous avec plein de personnes, vous avez vraiment un beau réseau de supporters admiratifs !
    Bonne arrivée au Pérou et courage pour la suite…
    Plein de bisous

  4. eva tisseyre dit :

    allez c’est pas le Pérou mais si!!! alors profitez à fond les manettes heu les pédales !!!!et les mirettes grdes ouvertes! bisous éva

  5. mam dit :

    coucou les acro… bates non contents d’escalader les montagnes vous escaladez aussi les fenetres … et en plus avec des insa de Lyon…. toujours aussi « étudiants.. »
    Vous nous faites découvrir votre parcours avec toujours autant de joie et de plaisir…..merci pour toute cette aventure que vous nous transmettez, cela donne bien bien envie d’une petite virée par là……tres contente de vous savoir à nouveau en pleine forme… pour continuer votre périple.
    Nous pensons bien bien fort à vous….. tout plein de belles rencontres…..pas seulement avec les lamas…. bon courage pour le pérou….et continuer à nous donner envie d’y aller…… bises de nous deux .

  6. Hélène dit :

    Bon eh oh et le prochain post c’est pour quand parce que bon on arrive fin juin les cocos faudrait songer à écrire.
    Bisous bisous
    Hélène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *